NOUS SOMMES DÉJÀ

54017

Le dossier

Une Valeur Universelle Exceptionnelle unique et originale

La valeur exceptionnelle des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne ne relève pas de la même approche que celle sous-tendant les autres dossiers de paysages viticoles inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. En effet, alors que ceux-ci ont généralement été remarqués par la beauté spectaculaire (Lavaux, le Douro), voire extraordinaire (Pico) ou le caractère historique du site qu’ils constituent ou dans lequel ils s’insèrent (Tokaj, St-Emilion), la spécificité du dossier champenois repose sur un aménagement de l’espace de type agro-industriel, expression de l’action de l’homme et de la nature, qui permettra l’émergence d’un produit universel.

Il s’agit d’un bien en série, dont les principaux sites sont représentatifs, dans leur diversité, de la spécificité du territoire viticole champenois, marqué par son substrat, la craie, et façonné par son histoire mouvementée et sa position géographique qui en ont fait une terre d’ouverture mais aussi de conflits. Ici, l’homme a su façonner dans la craie un patrimoine unique, tout à la fois rural, urbain et sous-terrain, et d’une terre ingrate, tirer un nectar apprécié du monde entier.

Depuis les romains, comme dans de nombreux vignobles en France on produisait un vin tranquille, qui montait souvent en effervescence. Avec l’invention du Champagne au XVIIème, on est ensuite passé, à l’aube de la révolution industrielle, et grâce à la découverte de la bouteille lourde, d’une production viticole originale certes, mais aléatoire et artisanale, qui perdure encore à travers de nombreux petits producteurs, à une production de masse, créée essentiellement pour de grands marchés, dépassant les frontières régionales et nationales. Bien que le produit, en tant que tel, continue à être élaboré selon la méthode traditionnelle, son développement quantitatif a nécessité des développements technologiques, une organisation et une commercialisation se rapprochant des processus industriels et capitalistiques. Ce n’est pas un hasard si nombre de grandes maisons de Champagne portent des patrimoines germaniques, ces chevaliers d’industrie ont été, avec l’argentin Ayala, à l’aire du capitalisme naissant, les pionniers de cette reconversion, aux côtés de négociants champenois éclairés. Ils ont contribué à la constitution d’un patronat fortement imprégné des idées de l’époque, ce qui se traduira par un paternalisme social ayant laissé son empreinte dans des œuvres sociales et des cités ouvrières, mais aussi dans le mécénat culturel et sportif, et il est à souligner que les femmes, dont certaines ont été de grands chefs d’entreprise, ont joué un rôle non négligeable dans cette évolution.

C’est autour de ces divers éléments, reliés à l’histoire économique et sociale des deux derniers siècles, que le dossier s’est centré, permettant de réinvestir un patrimoine trop longtemps oublié, voire occulté. C’est ce caractère original qui fait le très grand intérêt de ce dossier.

Le passage à l’industrialisation du Champagne a nécessité et généré un mode d’occupation de l’espace très particulier

Pour toute production de masse, il faut une source d’approvisionnement importante et stable, elle est produite ici par le vignoble, marqué par le terroir de craie, aux molles ondulations, qui se développe en éventail autour des effondrements, qui donne au vin sa fraicheur particulière, et dont les coteaux historiques sont l’illustration parfaite ; ceci a en outre nécessité une organisation professionnelle rigoureuse, qui a amené les Champenois à innover dans le domaine du droit et être les premiers à bénéficier d’une Appellation d’origine spécifique.

La deuxième spécificité de ce paysage, c’est son caractère urbain. Pour s’approvisionner en raisins et en bouteilles, et pour exporter à grande échelle, il a fallu utiliser les voies de communication, (canaux, voie ferrée, réseau routier), se concentrer autour d’elles, sortir de la ville sans trop s’en éloigner tout en se rapprochant du vignoble, imaginer des installations en « entrées de ville ». La comparaison avec notre urbanisme contemporain s’arrête là, car contrairement à l’urbanisme de grandes surfaces que nous connaissons, les Maisons de Champagne, soucieuses de leur image, bâtirent des hôtels particuliers et des bâtiments d’exploitation et de commercialisation fonctionnels, mais au luxe ostentatoire, rivalisant par leur originalité et leurs innovations techniques et artistiques.

En outre, la particularité du Champagne étant que le vin se fabrique en deux étapes, la seconde fermentation s’effectuant dans la bouteille, il fallait aussi des lieux de fabrication suffisamment vastes, et correspondant aux contraintes de la production : accueillir les immenses foudres, puis surtout permettre l’élaboration du produit. La méthode champenoise, adoptée depuis dans le monde entier, nécessite une température fraiche, une hygrométrie constante, et énormément d’espace. Et c’est ici que la nature apporta encore son aide à l’imagination de l’homme, le substrat crayeux de la Champagne a de tout temps été facile à creuser et exploité. L’utilisation de caves existantes, d’anciennes carrières romaines ou médiévales, le creusement de nouvelles caves, galeries et caveaux, parfois sur plus niveaux, ont abouti à la création d’un réseau sous-terrain d’une ampleur exceptionnelle et unique au monde : c’est la face cachée du paysage champenois, qui vit se développer de vastes réseaux sous les bourgs et les villages et des villes sous les villes…

- Mais ce vin est avant tout un produit unique, prestigieux, connu et vendu dans le monde entier, synonyme de la fête, de la célébration et de la réconciliation, témoin d’un art de vivre qui s’est démocratisé, et ayant fait l’objet de multiples représentations artistiques et littéraires. Sa commercialisation nécessitait certes une infrastructure importante, mais aussi une architecture imposante, ostentatoire, correspondant à l’image que chaque Maison voulait conférer à son vin, et qui est aujourd’hui le reflet de ses origines.

Les critères de l’inscription

Pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial, les sites doivent satisfaire à au moins 1 des 10 critères de sélection. Le dossier des Coteaux, Maisons et Caves s’inscrit dans 3 de ces critères et concoure dans la catégorie des paysages culturels évolutifs vivants.

iii, comme étant le résultat de savoir-faire perfectionnés au cours des générations, d’une organisation interprofessionnelle exemplaire et d’une protection de l’appellation, le développement de relations interculturelles et d’innovations sociales.
iv, un système agro-industriel caractérisé par l’omniprésence de la craie, un bassin d’approvisionnement : le vignoble, des installations industrielles spécifiques, une architecture de prestige et des outils de promotion contribuant à la conquête des marchés, un patrimoine sous-terrain exceptionnel, un urbanisme spécifique lié aux voies de communication
vi, image symbolique unique au monde, portée par les arts.

La délimitation du bien

Trois sites représentatifs du travail de production, d’élaboration et de commercialisation du vin de Champagne ont été sélectionnés pour représenter les 319 communes de l’AOC Champagne :

  • les coteaux viticoles face à la vallée de la Marne, parmi les plus anciens du vignoble champenois, entre Hautvillers et Mareuil-sur-Aÿ.
  • les bâtiments à la fois démonstratifs et fonctionnels élevés par les Maisons de Champagne sur la colline Saint-Nicaise à Reims et les spectaculaires cathédrales souterraines que sont les crayères
  • l’alignement des élégantes Maisons de négociants mêlé aux sites de production de l’avenue de Champagne à Epernay et les kilomètres de réseau de caves, véritable ville sous la ville.
Carte d'ensemble des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne (périmètre du bien aérien et souterrain et zone tampon)

Carte d'ensemble des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne (périmètre du bien aérien et souterrain et zone tampon)

 

Les attributs du dossier

Terroir et industrie

Le terroir de Champagne, marqué par des conditions naturelles extrêmes, a été exalté par les hommes dans un vin artisanal que la révolution agricole et industrielle a fait basculer dans une production de masse de très haute qualité. On trouve ici la plus forte concentration au monde d’installations industrielles dédiées au vin.

Guerres et paix

Sa position de carrefour européen a apporté à la Champagne la prospérité au temps des grandes foires, mais aussi la désolation en faisant de cette terre un champ de batailles, gorgé du sang de soldats du monde entier. Fruit de ces plaies et de ces cendres, le Champagne est devenu symbole de paix et de réconciliation entre les hommes.

Usines et vitrines

Dans les villages des coteaux comme à Reims et Epernay, les constructions sont l’expression de leur usage, la réponse architecturale aux besoins spécifiques de l’activité vitivinicole. Mais elles sont souvent assorties de bâtiments de prestige qui incarnent l’image d’excellence que veulent donner les Maisons de Champagne.

Tradition et innovation

De l’art de l’assemblage à la maîtrise de l’effervescence, le savoir-faire collectif hérité de Dom Pérignon s’est imposé au point de servir de modèle aux autres régions de production de vins effervescents.
Ce savoir-faire s’est transmis de génération en génération et perfectionné grâce à un mouvement d’innovation continu.

Vigneron(ne)s et négociant(e)s

Entre les vignerons qui tutoient la vigne et les négociants qui ont donné au Champagne un essor sans frontières s’est construit un partenariat interprofessionnel exemplaire qui assure une gestion équilibrée de l’activité.
La présence de fortes personnalités féminines, l’ouverture aux entrepreneurs étrangers renforcent l’originalité de l’histoire.

Visible et invisible

Les vignes en éventail sur les coteaux, les villages de production, les architectures prestigieuses offrent le spectacle de la Champagne. Tout aussi spectaculaires et vivantes, les caves et crayères creusées dans les entrailles de craie, où le Champagne couve, en sont la face cachée. L’ensemble constitue un patrimoine précieux et peu commun.

Luxe et popularité

Le Champagne n’est plus le vin de cour de ses débuts. Il représente toujours l’excellence et l’art de vivre à la française mais, sans avoir perdu son âme, est devenu un luxe accessible, démocratisé, universalisé. C’est sans doute le symbole de la fête et de la célébration le plus partagé dans le monde.

 

Dossier de 700 pages et plus de 6 000 pages d'annexes et des contenus vidéos et cartographiques concentrés sur une clé USB

Se déconnecter